Back to Top

Notice: Trying to get property of non-object in /home/lefagole/www/components/com_easyblog/router.php on line 66

Blog du Domaine Le Fagolet

Retrouvez nous sur le Blog du Fagolet
Les articles concernent les travaux d'hiver de la vigne et les conséquences métaboliques.

La taille hivernale de la vigne et le grand froid font ils bon ménage ?

Pendant la période d’hiver la vigne a besoin d’un soin particulier : la taille hivernale. En quoi consiste ce travail sur le matériel végétal ?

 

Petit rappel : la vigne est une plante vivace lianescente ce qui veut dire qu’elle se renouvelle chaque année et qu’elle possède de longues ramifications (lianes).

La taille d’hiver va permettre :

DSC 2398 Copie

  • De freiner la vigueur de la vigne ce qui limitera la croissance de ses ramifications, plus communément appelés « sarments ». En taillant les sarments le viticulteur va permettre à la sève accumulée dans les rameaux de redescendre dans le cep de vigne et donc de nourrir le cep pendant toute la saison d’hiver.
  • De pratiquer la taille adéquate à chaque type de cépage. Le cépage Gamay ne se taillera pas de la même façon que le Syrah, le Cabernet Sauvignon ou le Chardonnay. Chaque pratique de taille est définie par le cahier des charges de l’appellation mais également par l’histoire du vignoble. Le Gamay est taillé en « Gobelet », pour obtenir un plant de vigne prêt du sol et un maximum de sarments fructifères sur le cep.
  • D’obtenir des ramifications fructifères qui est le but premier de la taille d’hiver. Le fait de renouveler les sarments va permettre la croissance des grappes de raisins. Car lorsque l’on taille un rameau on gardera juste deux bourgeons à chaque fois, donc la sève se concentra aux extrémités pour pouvoir alimenter ces deux bourgeons. Si le viticulteur administre une mauvaise taille cela pourra influer sur le nombre de grappes par plants, donc une mauvaise récolte.

 

Mais alors pourquoi les vignerons redoutent tant les périodes de grand froid pendant cette activité ?

L’explication est très simple, lorsque les températures chutent brutalement, un phénomène va se produire sur différentes parties du cep de vigne :

  • Au niveau racinaire : le sol va être de plus en plus froid, les racines vont se rétracter. Dû au froid le sol va se durcir ce qui empêchera les racines d’aller en profondeur pour puiser des nutriments ou de l’eau. L’avantage est que cela réduit l'activité métabolique de la plante et aide donc son organisme à conserver de l’énergie.
  • Pendant la taille, un phénomène naturel se produit, les vignes « pleurs ».

La sève remonte dans le cep et les sarments ce qui crée un liquide cristallin au niveau des plaies de taille. Cette remontée bénéfique de sève permet d’extérioriser les différents déchets et impuretés qui se trouvaient dans le cep. Mais lors des périodes de grand froid, le liquide produit gèle à l’extrémité des plaies de taille des sarments ce qui empêchent aux impuretés de se retirer. Cela peut générer des infections ou des maladies champignonnières.

 Pleurs 2011

  • Le grand froid peut également altérer l’évolution métabolique des bourgeons de la vigne. Un bourgeon est un embryon de rameau qui est constitué par un cône végétatif muni d’ébauches de feuilles. Il est constitué en réalité de 3 bourgeons : le bourgeon primaire, le plus gros, est celui qui va éclore en premier et donnera la plus grosse grappe. Les bourgeons secondaire et tertiaire sont plus petits et répartis de part et d’autre du bourgeon primaire.

Si le bourgeon primaire est altéré, le bourgeon secondaire prendra le relais avec une grappe de moitié plus petite, sinon le bourgeon tertiaire va éclore et donnera une très petite grappe au 1/3 ou au 1/4 du bourgeon primaire.

La vigne est une plante très résistante, en revanche lors des périodes de grand froid le vigneron a tout intérêt de reporter sa taille pour ne pas altérer la croissance de la vigne.

 

Rassurez-vous les ceps de vigne reprendront leur activité au printemps lorsque les sols se réchaufferont ! 

Lire la suite
1073 lectures
0 commentaires